Partners
TTG GF CONSULT
Annual Archive
28 août 2015

PROMIN 2015 : Enjeux et Perspectives

28 août 2015

(Burkina – Emine) – Ouagadougou le 28/08/2015 : A partir du 15 Septembre 2015, le Burkina Faso célèbrera la prospérité et l’espoir autour de son secteur minier à travers une série d’activités dans le cadre des Journées de promotion minière édition 2015 (PROMIN 2015).

Le Comité National d’Organisation présidé par le Secrétaire Général du Ministère des Mines et de l’Energie est à pied d’œuvre pour la réussite de l’évènement.

Le thème central faut-il le rappeler est : « Le secteur minier : Enjeux et Perspectives pour un Développement Socio-économique Durable » et devra permettre au sortir de ces Journées d’évaluer et de promouvoir la contribution du secteur minier aux objectifs de développement durable du Burkina Faso.

Ces Journées offrent donc de l’avis de Burkina Emine,  un cadre idéal d’échanges constructifs notamment sur la promotion de l’investissement minier, la sécurisation des investissements à travers un dialogue inclusif, renouvelé et constructif entre toutes les parties prenantes de l’industrie minière et l’occasion pour l’ensemble de la communauté minière d’approfondir la réflexion sur les nouvelles dispositions du code minier au Burkina dans un contexte international difficile.

  • Le Sponsoring

Il semble y avoir un manque d’engouement au niveau des sponsors pour le PROMIN 2015. Cela ne peut cependant pas s’expliquer uniquement par un contexte international assez difficile, surtout que le contexte national apparait assez dynamique et productif malgré contexte de transition politique.

  • Le contexte international et régional

Le secteur minier international est durement touché par la chute du cours des commodités et la raréfaction de l’investissement privé pour la recherche minière. Ce qui a porté un frein à l’essor de l’industrie minière internationale.

Pourtant les perspectives restent bonnes pour le  Burkina Faso, 7ème destination africaine pour l’investissement minier en Afrique (Rapport 2014 de l’Institut Fraser) et quatrième producteur d’or en Afrique après respectivement l’Afrique du Sud, le Ghana et le Mali.

A la date d’aujourd’hui, le Burkina Faso détient des gisements non-exploités qui figurent parmi les projets miniers d’envergure sur le continent comprenant entre autres le gisement de Manganèse de Tambao, le gisement aurifère de Yaramoko, le gisement aurifère de Natougou.
Malgré les soubresauts sociopolitiques qu’il vient de traverser, la Note souveraine du Burkina Faso est restée stable avec des perspectives de croissance positives selon l’Agence de notation S&P. Le taux de croissance estimé à 5.5% en 2015 est projeté à 7% pour 2016.

Le Burkina Faso offre un climat des affaires favorable et transparent pour l’investissement minier à travers son élection à la conformité de la Norme ITIE et la participation aux initiatives d’harmonisation des codes miniers de la CEDEAO.

La conformité des études d’impact environnemental et socio-économique des projets miniers avec les normes nationales et internationales en vigueur (Code de l’Environnement, Principes de l’Equateur, Normes IFC, etc…) est certifiée par les experts du BUNEE (Bureau National des Evaluations Environnementales).

  • Le contexte national

Le Burkina Faso reste le seul pays de l’Afrique de l’Ouest à disposer d’un organisme interministériel de sécurisation des sites et investissements miniers (ONASSIM), en plus des efforts dans la réorganisation fonctionnelle de l’Administration minière.

Le Burkina Faso dispose d’un secteur minier performant et l’or est devenu le premier produit d’exportation avec plus 1,17 millions d’onces (soit 36,503 tonnes) d’or et une contribution au budget de l’Etat de 168,483 milliards de FCFA en 2014.

Selon le rapport 2014 du Conseil International des Mines et des Métaux sur « le rôle du secteur minier dans les économies nationales», le Burkina Faso se classe parmi les pays africains ayant obtenus les scores les plus élevés (plus de 80%) pour son Index Global de Contribution du Secteur Minier, qui mesure la portée économique du secteur.

Le Burkina Faso ambitionne à court terme d’accroître significativement son offre en fourniture locale des biens et services miniers et d’anticiper les solutions aux défis de la chaîne d’approvisionnement local en Afrique de l’Ouest.

 

–  Les Elections couplées

Les autorités de la Transition ont décidé d’organiser la sixième édition du PROMIN à un mois des échéances électorales présidentielles et législatives au Burkina Faso. Le contexte de pré-campagne électorale polarise dès lors l’ensemble des acteurs politiques qui ne font plus du PROMIN une priorité du moment.

– Le Code minier 2015

Sous la houlette de la Banque Mondiale, le Burkina Faso s’est finalement doté d’un nouveau Code Minier conçu dans l’esprit d’un développement équitable qui a été promulgué par le Président de Transition.

Pour les acteurs privés de l’industrie minière, l’abolition des avantages fiscaux (concédés pendant 12 ans par le code minier 2003) et la création de Fonds dont le « fond de développement communautaire » auquel les sociétés minières en exploitation doivent contribuer (à hauteur de 1% de leur  chiffre d’affaire annuel) sont des dispositions trop pesantes pour un secteur qui est lui-même en proie à des difficultés intrinsèques (cours de l’or, crise financière internationale, etc…).

S’il est indéniable que le secteur minier international est dans l’incertitude avec la dépréciation du prix des commodités comme l’or, il n’en demeure pas moins que les gouvernants (la Banque Mondiale et les gouvernements locaux) sont soumis aux pressions des populations hôtes des projets miniers qui revendiquent une plus grande (mais équitable) part dans le partage des bénéfices des sociétés minières.

–  Les projets miniers qui vont potentiellement contribuer aux Fonds 2015

Si le Burkina Faso s’est doté d’un code minier, il lui faudra pourtant attendre encore  plusieurs années avant de percevoir la première contribution aux différents fonds institués par les nouvelles dispositions. En effet, les nouvelles dispositions ne vont régir que les conventions minières dont la signature avec l’Etat serait ultérieure à la promulgation de la loi.

Les sociétés  suivantes  ne sont donc pas concernées:

  •  Les mines déjà en activité (d’après le Communiqué de IAMGOLD Corporation du 6 Juillet 2015  à moins de 2 semaines du vote de la loi et avant sa promulgation).
  •   Les mines en construction dont les permis d’exploitation et/ou les conventions minières ont été signées par la Transition avant le vote du nouveau code minier  (d’après le Communiqué de Presse de Roxgold en date de 04 Août 2015).

A ces sociétés s’ajoutent celles qui, du fait qu’elles sont à des stades avancés dans le processus de conformité environnementale ou de l’octroi de leur permis d’exploitation, pourraient aussi être soumis aux dispositions du code minier de 2003.

Au début de l’année 2015, les résultats d’exploration minière permettait au Burkina Faso de disposer  d’une dizaine de projets avancés qui pourront potentiellement contribuer aux fonds institués dans le cadre du nouveau code minier.

Carte 1: Carte des projets miniers avancés dont l’exploitation pourrait être potentiellement soumise aux dispositions  du Code Minier 2015 Note : Les ressources minérales indiquées ne sont pas à jour. Pour les ressources actualisées, consultez le site www.burkina-emine.com

Carte 1: Carte des projets miniers avancés dont l’exploitation pourrait être potentiellement soumise aux dispositions du Code Minier 2015
Note : Les ressources minérales indiquées ne sont pas à jour. Pour les ressources actualisées, consultez le site www.burkina-emine.com

En définitive, les nouvelles dispositions ne s’appliqueront qu’aux gisements dont l’exploitation fera l’objet d’une convention minière établie sur la base de la loi de 2015.

 

Les organisateurs du PROMIN entre Doute et Espoir

Le CNO du PROMIN se retrouve entre doute et espoir quant au rayonnement international de l’évènement.

Entre la faible couverture médiatique (publicité timide), le manque de partenaires médias, un site web qui suscite peu d’engouement, etc…, PROMIN 2015 semble souffrir du désintérêt dont il est l’objet.

Pourtant Burkina Emine reste convaincu que Les Journées de promotion PROMIN 2015 sont un cadre d’échanges entre les décideurs, l’Etat burkinabè, les collectivités, les sociétés minières  et tous les acteurs du secteur minier et restent également un cadre de  partage d’expérience et de promotion des affaires dans le secteur minier.

Les investissements génèrent des profits directes mais aussi contribuent indirectement à renforcer les secteurs de la santé, de l’éducation, des infrastructures, de l’environnement et à augmenter le revenu des ménages.

Burkina Emine en appelle donc à l’ensemble des acteurs et les invite à soutenir l’évènement pour un développement du secteur minier au Burkina Faso et pour un rayonnement international profitable à tous les acteurs.

Soutenir le PROMIN 2015 reste un gage pour le Burkina Faso et une empreinte indélébile !

28 août 2015

Laisser un commentaire

28 août 2015
Member Login
Newsletter
Flash Info

A lire sur burkina-emine:
PRODUCTION INDUSTRIELLE D’OR AU BURKINA RESULTATS DE 2016 ET DEFIS DE 2017.

IAMGOLD Meilleur producteur d’or…
NORDGOLD meilleure société d’exploitation en termes d'exploration / croissance endogène…
SEMAFO meilleur producteur en termes de flux de trésorerie en 2016…
.

Statistics
  • 1 391
  • 1 492
  • 88 075
  • 7 838 503
COMPANY